Rechercher

L’impression par liage de poudre (3DP/PMC)



Après avoir parlé des procédés de stéréolithographie, dépot de matière en fusion et du frittage laser, nous continuons notre tour d'horizon. Nous allons aujourd’hui aborder une quatrième importante technique d’impression 3D proposée par Exprezis : L’impression par liage de poudre.

L’impression par liage de poudre a été développée en 1993 au Massachusetts à l’Institut of Technology (MIT). D’abord commercialisée par Z corporation en 1995, elle a ensuite été rachetée par 3DSystems en 2012 et rebaptisée « Color Jet Printing ». Elle est tout de même plutôt connue sous le nom de « 3DP » (3D Printing), nom très générique. Trop pour nous en tout cas, et préférons l’appeler « Poudre minérale colorée » (PMC) chez Exprezis. Cette technique peut rappeler celle du frittage sélectif par laser (SLS) puisque le matériau utilisé au départ est également sous forme de poudre. Toutefois, ce n'est pas un laser qui agglomère et solidifie la matière mais un liant liquide.

Comme toute autre technique d’impression 3D, la pièce est préalablement modélisée à l’aide d’un logiciel de CAO avant sa fabrication. Sur la machine, on peut trouver un réservoir avec de la poudre minérale blanche, un rouleau va venir balayer la surface pour l’emmener sur la plateforme de production. Ainsi, le réservoir remonte d’une couche et la plateforme de production en descend d’une. Une fois la couche étalée, une tête d’impression va venir projeter deux choses à la fois : Un liant, une sorte de colle pour solidifier la poudre là où il y en a besoin, mais aussi déposer de la couleur également là où il y en a besoin. Le procédé est ainsi répété jusqu’à obtention de la pièce souhaitée. Après impression, des traitements sont nécessaires : Aspirer l’excédent de poudre non-solidifiée puis imprégner la pièce avec de la cyanoacrylate (type super glue) afin d'augmenter sa solidité et améliorer le contraste des couleurs. Chez Exprezis, fidèles à notre exigence très forte de qualité, nous réalisons de plus un traitement cire afin d'encore mieux révéler les couleurs et prolonger leur durée de vie.

Pour mieux comprendre, voici une courte vidéo présentant le procédé :


Cette technique combine à la fois la possibilité de faire de l’impression 3D et le principe d’une imprimante 2D classique qui est, sur une couche, de venir étaler de la couleur comme sur une feuille de papier. En effet, on charge, dans ces imprimantes, des cartouches d’encre de type Canon ou Epson, par exemple, que l’on peut très bien acheter en grande surface (on vous le déconseille quand même). Cette technique propose ainsi une large gamme de couleurs.

En plus de proposer des milliers de coloris différentes, cette technique a aussi l’avantage de produire des pièces assez rapidement sans nécessiter l'ajout de support, et la possibilité de récupérer une partie de la poudre non-utilisée. Il est également possible de créer des pièces complexes d’une bonne précision, avec une qualité d’impression un peu inférieure à celle des imprimantes SLS. Le principal défaut est que les pièces réalisées avec cette technique sont assez fragiles (elles s’apparentent à de la porcelaine) et cela empêche ainsi la possibilité d’obtenir des pièces fonctionnelles. On préconisera donc cette technique pour la production d’objets d’exposition comme par exemple des maquettes d’architecture, des prototypes visuels, des œuvres d’art, des trophées ou bien des figurines. Parmi les inconvénients, on retrouve aussi la contrainte d’un traitement post-impression obligatoire, sans quoi les pièces imprimées sont plus fragiles et leur surface plus rugueuse. Les machines sont, par ailleurs, difficiles à entretenir et tombent assez souvent en panne.

Voici quelques exemples de pièces que nous avons imprimées avec cette technique :


Maquette du château d'Angers


Modèles de présentation et marketing


Mini-figurines 3D avec votre visage

Concernant les mini-figurines, le principe est simple, une machine scanne votre visage et le modélise en 3D. Vous pouvez ensuite choisir votre « tenue » parmi un vaste choix, et même créer votre propre costume. À noter que nous sommes les seuls à proposer ce type de réalisation dans le Maine-et-Loire via notre agence d'Angers.

Pour finir, voici une série de 4 vidéos, prises à différentes étapes de l'impression : 3 bustes réalisées via l'application de scan du nouveau SONY étaient à imprimer en un temps record. (Projet pour SONY, pour le compte de leur agence de communication web & réseaux sociaux ROSBEEF!)


Les arrières des têtes apparaissent


On reconnait maintenant les épaules


Têtes, cous et épaules sont maintenant bien visibles


La délicate opération de dépoudrage, les pièces sont à ce moment très fragiles

Et bien sûr si vous avez des questions, vous savez qui demander !

#Techniques #Réalisations #Impression3D #PMC

140 vues